Cours de piano adulte,  Déchiffrage facile,  Niveau avancé,  Niveau intermédiaire,  Vélocité des doigts / Etude

Jan Sibélius – Étude (op.76 n ° 2)

Une partition de piano ingénieuse, très originale, mais pas vraiment connue et rarement jouée. L’année dernière en 2020 cet étude est devenue LA «star» de mes cours de piano pour adultes de niveau intermédiaire et avancé. Sur youtube vous trouverez une vidéo du pianiste Denis Matsouïev qui a joué avec brio ce morceau pour un bis dans un de ces concerts.

La partition de l’Étude est assez facile à déchiffrer; comme j’aime le dire, c’est une «partition simple pour briller en société». Je trouve aussi que la musique d’Étude est imprégnée d’intonations “slaves”, ressemble à des anciennes chansons populaires russes.

Dans mes cours je propose aux amateurs deux versions pour interpréter l’Étude.

La première version – pour amateurs avancés, vive et rapide – correspond à celle imaginée par le compositeur lui-même.

Sibélius – Etude pour piano solo – partition de piano

Pour une interprétation correcte, nous allons travailler :

  • un léger staccato sur toutes les notes; 
  • la pédale indiquée dans la partition: concrètement c’est le lâchage de la pédale sur la seconde moitié de chaque temps pour que le staccato soit entendu sur la 3ème  et 4ème double-croche dans les groupes de quatre.

Cette interprétation présente un défi technique important et enrichissant pour le niveau avancé. Difficultés techniques: 

1) Le staccato léger sans secouer la main, sur les bouts des doigts. 

Une erreur typique est un manque de l’articulation, quand le staccato «s’affaisse» et se transforme en léger legato. Les bouts des doigts doivent être sensibles et «nerveux», avec en même temps le poignet souple, détendu.

2) L’articulation des notes répétées entre les groupes de 4 double-croches dans le thème principal (« Mi-Mi »), ainsi que des notes consécutives jouées par le petit doigt.

On s’en souvient, les études sont destinés à nous faire travailler une ou plusieurs techniques. L’Étude de Sibélius porte principalement sur la technique du très faible cinquième doigt dans les octaves, avec les notes qui forme une mélodie «cachée» (voir ci-dessous). Notre travail ici favorisera la sensibilité du bout des doigts, du 5ème en particulier – à condition d’un poignet souple, effectuant des légères rotations. Afin d’éviter tout genre de tendinites, je conseille de travailler cette partition sous contrôle d’un professeur de piano. 

3) La mélodie «cachée». Cette mélodie est principalement formée par la première et la dernière note dans chaque groupe de 4 double-croches.

Ces notes sont jouées par les très faibles 5ième et 4ième doigts, et pourtant elles doivent être distinctes à l’oreille et former ensemble une phrase musicale. Il faut donc rajouter du poids sur ces doigts, et créer une ligne dynamique entre ces notes (crescendo ou diminuendo, par exemple, entre les mesures 1 – 4 etc).

A leur tour, la 2ème et la 3ème note de chaque groupe ont une fonction d’accompagnement, de «remplissage». Et par malchance, elles sont jouées par les doigts puissants – le pouce et l’indexe (1 et 2). Nous devrons faire ici un effort opposé: réduire leur poids pour produire le son plutôt modeste.

Ainsi la main droite apprend à réagir instantanément et gérer le poids de chaque doigt lorsqu’elle passe d’une note mélodique à une note d’accompagnement, et vice versa.

4) L’Étude contient beaucoup de répétitions des phrases entières; de plus, la reprise en sa totalité est identique au premier mouvement. Une erreur typique ici est de jouer avec le même son, créant de la monotonie et de l’ennui.

Une fois la partition déchiffrée, c’est le professeur qui nous aidera à réfléchir aux lignes dynamiques et aux contrastes. 

La deuxième version de l’Etude est plutôt assez lente, lyrique et tranquille. Je la propose aux amateurs qui n’ont pas la vélocité des doigts et la maitrise nécessaire. Si la version originale relève d’un scherzo, d’un divertissement ludique, la deuxième version sera beaucoup plus douce, mélodieuse et romantique.

Pour ce faire, nous allons choisir un tempo tranquille et mettre de la pédale en continue pour toutes les quatre double-croches de chaque groupe, en la changeant au début de chaque groupe. Nous allons également supprimer le staccato et jouer le tout lié.

Cette version est beaucoup plus facile à jouer que la version originale. Les amateurs de niveau intermédiaire pourront obtenir ici une belle sonorité, tout en travaillant leur phrasé et leur technique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *